Table ronde « Imi ouaddar et son environnement »

Le 9 décembre 2014 s’est déroulée à l’Hotel Paradis Plage une table ronde ayant pour objet :  « Imi Ouaddar et son environnement ».

SONY DSC

EXPOSITION DES PROBLÈMES LOCAUX

                         Concernant la problématique des déchets à Imi Ouaddar, la question qui s’est naturellement posée dès le démarrage du débat concernait la gestion de la collecte et de l’entrepôt des déchets. Étant donné qu’Imi Ouaddar dépend de la commune de Tamri, une camionnette a été mise en place par une association du village. En effet, Mr le Qaïd a souligné l’existence d’une convention entre cette association et la commune, pour prendre en charge l’essence nécessaire au trajet de la camionnette, ainsi que la réparation des pièces détachées. Néanmoins ce camion parcours régulièrement le chemin entre les deux villages, une grande distance qui coûte de l’argent et du temps.

D’autre part, le produit de la récolte est entreposé sur un terrain non habilité. La difficulté réside dans l’impossibilité de faire construire une décharge conforme, car elles sont couteuses, et la commune manque de moyens. A ce jour, même si certains travaux d’aménagement ont été réalisés pour améliorer la qualité de la décharge, elle n’est pas conçue pour recevoir les déchets de façon optimale, ce qui ne permet pas une bonne gestion des ordures, qui finissent pas s’envoler avec le temps ou se déverser dans la mer avec les pluies.

D’autre part, Mr ABDELLAL, responsable de la Brigade de l’Environnement pour la Gendarmerie Royale, a exposé les différents articles de loi, octroyant à son service les compétences en matière de contravention sur des infractions contre la salubrité publique. Il existe donc bien un travail de répression contre la pollution mais il est nécessaire de trouver d’autres solutions pour aider les communes.

DISCUSSION AUTOUR DE SOLUTIONS

 Après avoir exposé les problèmes écologiques du village, les intervenants ont discuté ensemble de solutions envisageables pour la gestion des ordures. SFM a alors proposé une mutualisation des efforts logistiques et financiers de la part des structures touristiques présentes à Imi Ouaddar. Il s’agirait de mettre en place un camion benne qui viendrait effectuer la récolte à une fréquence quotidienne. Un recensement des structures locales a été réalisé afin de connaître les potentiels acteurs de la mutualisation de ces moyens.

ETUDE DE CAS AYANT FONCTIONNÉ À PROXIMITÉ D’IMI OUADDAR

Projet associatif : Imsouane Zéro Déchets

La table ronde a été l’occasion pour SFM de présenter aux intervenants le reportage « Retour sur le projet Imsouane Zéro Déchets » réalisé par l’association des jeunes du bassin de Thaux. Ce projet a permis à certains acteurs de prendre connaissance des actions de SFM, mais également de constater que des initiatives sont entreprises à échelle locale. Il a été question également de révéler les obstacles auxquels a fait face SFM, notamment le peu d’intérêt pour la problématique environnementale de la part de certains habitants du village d’Imessouane.

Néanmoins ce projet reste exemplaire en matière de développement environnemental et de sensibilisation, dans la mesure a été réalisé un grand nombre d’intervention auprès des jeunes enfants des écoles de la région.

Démocratie Participative : Anza Blue Wave

1486629_586108574792468_1678953994_n

Les habitants d’Anza souffrent de la réputation de leur quartier, entaché par le site industriel  malodorant et polluant. Aussi, afin de redorer l’image de leur quartier et de lui donner une nouvelle jeunesse, les habitants se sont rassemblés autour du projet de réhabilitation visuelle des rues du village.

Après avoir collecté les fonds nécessaires à l’achat de la peinture, tous les volontaires se sont déployés afin de repeindre les murs en couleur bleue. L’événement a eu une telle ampleur et un tel succès que le nombre de participants s’est multiplié et l’expérience s’est reproduite à travers tous les quartiers.

Des matériaux de récupération ont été utilisés dans l’espace public ; les pots de peinture ont été directement réutilisés en poubelles de rue, les pneus en pots et vases, les anciens poteaux électriques en bancs de front de mer…Aujourd’hui le projet est toujours en place et continue de s’autofinancer grâce à la vente de t-shirts, de vases  en caoutchouc et de calendriers. Les résultats sont remarquables, et le succès de cette initiative tient à l’implication de chacun des habitants dans ce travail d’aménagement.

 

Village Arc en Ciel : Aghloud 2

DSCF4836

 Le village d’Aghloud 2, visible depuis la route nationale entre Agadir et Essaouira, a subi depuis quelques temps une véritable transformation. Les façades des maisons se sont habillées de couleurs chatoyantes. Après avoir repeint sa propre maison, Mr Moutli a proposé à son voisin de faire de même afin de lancer une campagne de travaux à travers le village. Mr Moutli s’est d’abord heurté au refus de son voisin qui n’était pas en mesure de financer l’achat de la peinture.

Aussi, les habitants se sont mobilisés et ont organisé une collecte de manière à ce que toutes les maisons puissent bénéficier de la rénovation de leur façade. Le résultat est visible à des kilomètres et enchante les passants comme les habitants qui ont également pu bénéficier de l’aménagement d’un parc pour les enfants, ainsi que l’accès au bord de  mer. Aujourd’hui ce ne sont que les murs coté océans qui ont été rénovés, mais on envisage désormais de réaliser des peintures murales à l’intérieur du village.

——–

L’équipe de Surfrider Maroc remercie chaleureusement tous les participants de la table ronde, qui ont chacun démontré une véritable volonté de faire avancer le débat écologique dans le village d’Imi Ouaddar. Une nouvelle édition de cette table ronde est prévue pour le 6 Janvier 2015.