PROTECTION DU LITTORAL ET SURF TOURISTIQUE

Le lundi 02 février, Surfrider Foundation Maroc s’est rendu à première Assemblée Générale de la Confédération des entreprises marocaines de surf touristique. Ce groupement de sociétés est né en mai 2014 afin de défendre ses intérêts économiques et commerciaux. Un grand nombre d’acteurs  étaient présents ; sociétés de surf touristique « surf-camp » et « surf-school », gîtes, hôtels, auberge, resorts, commerçants « surf-shop », restaurateurs, distributeurs de matériel de surf, shapers locaux, etc…

Cet article n’est pas un contre rendu de cette réunion mais plutôt un focus sur un thème qui nous concerne en tant qu’association protectrice de l’environnement : « la protection du littoral et des vagues ». En effet, c’est le premier sujet qui a été développé dans les points à traiter par la Confédération.

Il est important de rappeler que la pratique du surf n’est possible que grâce à l’existence des vagues et à leur accès. Ce que l’on appelle communément « spot de surf » correspond à un lieu reconnu où la pratique du surf est possible ; il peut s’agir d’une vague, d’une plage ou d’un endroit qui s’en approche.

Aussi différents qu’ils soient, les spots de surf sont précieux ; leur valeur n’a pas de prix pour les surfeurs… Mais elle en a certainement pour les sociétés de surf touristiques : les vagues sont leur « gagne-pain » ainsi que les splendides plages de la côte nord gadiri encore sauvage. L’ensemble des spots qui sont reconnus au Maroc, et plus spécifiquement dans la région d’Agadir participent à l’identité régionale, ainsi qu’à la renommée internationale. En effet, le Maroc a été reconnu parmi les meilleures destinations de surf au monde : la région de Taghazout a été classée 3ème mondiale pour l’apprentissage du surf, devant le Costa Rica et l’Australie !

http://www.grindtv.com/action-sports/surf/post/5-best-places-learn-surf/

Les nombreux spots de la région font le bonheur des surfeurs (des débutants au plus experts parfois venus de très loin) et des commerces locaux profitant de milliers de touristes chaque année. Dans la région de Taghazout, c’est toute une sphère économique qui s’est développée autour de cette pratique : camps de surf, magasins de location, réparateur de planches, auberges, restaurants, location de voitures, artisanat local, etc.

Progressivement les activités humaines viennent s’installer de plus en plus près des côtes… Ainsi plusieurs projets sont en construction sur le littoral de la région. Bien qu’ils soient souvent d’intérêt collectif (lorsqu’il ne s’agit pas d’un énième hôtel), certains menacent parmi les meilleurs spots du Maroc :

–          Banana (station d’épuration en cours de construction)

–          Boilers (station de dessalement d’eau de mer en cours de construction)

–          Anchor Point (projet inconnu ?)

–          La Baie d’Imessouane (projet d’agrandissement du port de pêche ?)

N’ayant pas accès aux études d’impacts (rendues obligatoires pour chaque projet par la Loi 12-03 relative aux études d’impact sur l’environnement), il est difficile de prévoir l’impact réels de tels projet sur le littoral et les vagues. Mais nous pouvons d’ors et déjà nous inquiéter de la garantie d’accès aux spots. La route et le parking de Boilers ont par exemple été fermés en raison du chantier en cours il y a quelques semaines.

Avant de pouvoir un jour considérer les spots de surf comme un véritable patrimoine naturel à protéger, il est nécessaire de recenser les vagues du littoral marocain et de leurs différentes caractéristiques. C’est un des objectifs qu’ont en commun la Confédération des entreprises marocaines de surf touristique et l’association Surfrider Foundation Maroc.

En attendant une cartographie précise et détaillée, voici un état des lieux des spots aujourd’hui menacés ou pollués dans la région d’Agadir. Cette carte recense les spots dont il a été question lors de la réunion et ne prêtant en aucun cas être exhaustive.

surf spot morocco agadir 2015

D’ici à ce que les vagues puissent être reconnues comme un « véritable patrimoine naturel », il est de notre devoir à tous de prendre conscience de leur valeur inestimable et d’en faire prendre conscience les autorités locales. Ces richesses du littoral marocain doivent être reconnues par la société civile mais également par la sphère politique !

Une pétition circule actuellement pour le spot de Boilers (dont l’accès a récemment été fermé). Les signatures seront présentées à la Wilaya d’Agadir afin de déposer un dossier.
Pour vous mobiliser et signer, cliquez ici :

https://secure.avaaz.org/fr/petition/La_Wilaya_du_Souss_Massa_Draa_Save_Boilers_Sauvons_la_Bouilloire/?tZOzScb

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Commentaires Facebook

commentaires

2 Comments

  • Simo 28 décembre 2015 12:41

    Bonjour surfers,

    Ou en est ce projet?

  • Cli Surf Morocco 19 mai 2015 02:03

    We need to save the surfing culture in morocco!

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

9 − six =