Projet Imesouane Zéro Déchet


–   l’installation de 3 panneaux d’information aux entrées des spots de surf et lieux de fréquentation, eux aussi fait à partir de matériaux recyclés (anciennes planches de surf)
–   la création d’un livret sur la pollution du littoral, les moyens d’action et comportements à adopter : distribué à 1000 exemplaires auprès des familles, commerçants, pêcheurs, etc…
–   la sensibilisation au sein des établissements scolaires primaires et secondaires de la Commune : près de 600 élèves (entre 7 et 16 ans) bénéficiaires
–   La sensibilisation du personnel de la commune à la problématique des déchets aquatiques et leur formation à l’utilisation des nouvelles infrastructures installées.

sensibilisation

 Le projet a réussi à impliquer de nombreux acteurs, à savoir :

  • Les autorités locales (Commune d’Imesouane et Caïdat de Tamri), avec lesquels une convention de partenariat a été signée
  • Les auberges et surf camps locaux qui sont les principaux partenaires financiers de ce projet (notamment BoardXHouse qui a financé 50%)
  • Les établissements scolaires et la Délégation de l’Education Nationale, qui ont ouvert leurs portes à l’association Surfrider Foundation Maroc
  • L’association locale Amadl Imesouane et de nombreux bénévoles fidèles à nos actions
  • La Mission Locale d’Insertion des Jeunes du Bassin du Thau et la ville de Frontignan (France) qui ont réalisés deux chantiers : un à distance, pour la création des visuels de communication du projet et l’autre sur place, pour la réalisation d’un documentaire Imesouane Zéro Déchet en cours de montage actuellement (financé en partie par l’Union Européenne).

Le séjour organisé du 18 septembre au 12 octobre a permis à 10 jeunes de France de se former aux métiers de la vidéo, de sortir de leurs difficultés quotidiennes (chômage, orientation, maladie…) et de découvrir les richesses d’Imesouane et du peuple marocain : une expérience humaine forte ! Bientôt un article sera consacré à cette collaboration et présentera en exclusivité le documentaire réalisé à cette occasion.

 schéma final bis

Les points forts du projet :

  • Apporter une solution locale durable à la problématique des déchets pour ce village de pêcheur touristique qui vit essentiellement grâce à l’océan
  • Augmenter le taux d’équipement de poubelles jusqu’à présent insuffisant, alors que la quantité de déchets augmente de plus en plus
  • Anticiper le développement d’Imesouane tout en conservant un cadre de vie agréable très lié à la nature environnante
  • Préparer à l’évolution des mentalités et aux changements de comportements citoyens pour un environnement sain et des paysages propres
  • Proposer une idée de gestion locale du problème des déchets au sein des petites villes et villages, qui pourrait être déployée sur d’autres espaces littoraux. Nous avons d’ailleurs déjà été sollicités pour faire un projet « Imi Ouaddar Zéro Déchet », dans la Commune d’Imi Ouaddar au Nord d’Agadir.

Ce projet a donc sollicité des moyens humains et matériels pertinents et innovants. Néanmoins, son efficacité et sa durabilité sont encore en suspend mais l’association met tout en œuvre pour le faire perdurer. En effet, un certain nombre de problèmes ont été constatés.

  • Une dégradation rapide du matériel installé :

– Certains commerçants du village d’Imsouane ont manifesté des résistances lors de  l’installation des tonneaux. Plusieurs ont par la suite été déterrés (6 tonneaux détachés de leur emplacement initial, récupérés par l’association locale pour être replantés) ou ont totalement disparu (2 tonneaux volatilisés).

– Les déchets ont été eux même une cause de la détérioration des tonneaux : les liquides issus des déchets de poissons provoque la rouille des tonneaux et génèrent des odeurs désagréables.

– Enfin, les conditions météorologiques ont accentué l’usure des poubelles (humidité, proximité avec l’eau salée de mer, etc…).

 DCIM105GOPRO

  • Un manque de communication sur le projet :

– Malgré un travail dynamique de sensibilisation dans les écoles ainsi qu’une vive communication avec les autorités et les acteurs locaux (en amont de l’inauguration du projet), peu de personnes ont été présentes au jour de lancement de l’initiative, ce qui laisse entrevoir le peu d’implication des riverains vis à vis de ce projet.

 —

Même s’il est difficile de quantifier la qualité du projet par l’appui de données scientifiques, force est de constater une nette amélioration de la propreté des plages. De nombreux témoignages de riverains et de touristes attestent de l’amélioration de la propreté des plages durant la période estivale et de la qualité de l’environnement en général.

Il faudra sur le long terme mesurer l’impact du projet, c’est à dire être évaluer la prise de conscience de la population et l’appropriation du projet par les acteurs et décideurs locaux. Aujourd’hui,  si l’équipe en charge de la collecte des ordures est toujours en activité, la dégradation des tonneaux remet en question la durabilité du projet. C’est la raison pour laquelle d’autres rencontres s’organisent entre les autorités et les riverains, afin de répondre aux mieux aux exigences touristiques / hygiéniques, pour valoriser l’attractivité du village et encourager un développement plus durable.

 

SONY DSC

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

17 − neuf =