La première intervention de Surfrider Maroc au Club Méditerranée d’Agadir.

Dans le cadre de son programme « Formation Entreprise », Surfrider Foundation Maroc est intervenue pour la première fois le 1er février 2017 auprès des Gentils Employés (GE) de l’hôtel Club Méditerranée d’Agadir. Cette intervention est la première que Surfrider Foundation Maroc réalise pour le secteur touristique.
Ces interventions sont réalisées au sein d’entreprises engagées pour l’environnement afin de sensibiliser leur personnel aux enjeux du développement durable. Les séances de sensibilisation sont très riches en informations. Elles visent essentiellement à former un personnel éco-citoyen qui s’engage individuellement en faveur des écogestes dans leurs entreprises respectives. 233344 Comme tout le monde le sait, notre nouveau partenaire Club Méditerranée s’engage déjà en faveur du respect et de la protection de l’environnement (eau, énergie & climat, déchets & pollution, biodiversité). Le Club Med soutient les associations locales des lieux dans lequel il est implanté. Il met en valeur les projets qui participent à la protection de la biodiversité et dans le même temps il sensibilise à la préservation de l’environnement ses salariés (appelés « GO/GE ») et sa clientèle (appelée « GM »). Surfrider Foundation Maroc est très honorée du partenariat récemment mis en place. Pour plus de détails sur la politique de développement durable du : Club Med

La séance de sensibilisation a débuté par l’intervention de la Fondation Club Med. Cette dernière a expliqué aux GE l’importance de protéger leur environnement, elle a également insisté sur le rôle que joue l’association Surfrider Foundation Maroc dans la sensibilisation du grand public.
Le thème de la séance proposée aux « GE » était l’environnement littoral (déchets aquatiques, sources des déchets, eco-geste à adopter…). La séance a été animée autour d’un petit débat sur la relation entre l’environnement (plages, forêts, vallées, espaces publics, rues…) et le tourisme.

hggggg

Tous les participants étaient d’accord pour faire le même constat : il est clair que les touristes sont attirés par la richesse du patrimoine naturel, culturel et paysager. Il est donc essentiel de préserver ces richesses en empêchant les atteintes à l’environnement et la dégradation de sites très fréquentés (Vallée de paradis, cascades d’Imouzzer, etc.) mais également en gardant les plages et les parcs propres ainsi qu’une bonne qualité des eaux de baignade.

Surfrider Foundation Maroc à la COP22

Depuis la COP21 de Paris en 2015,  Surfrider Foundation Maroc été décidé d’intégrer à son programme de sensibilisation du grand public le thème du Climat. En parallèle des préparatifs de la COP22 de Marrakech, l’association SFM a lancé son projet Surfrider Campus Tour 22, une caravane éducative populaire visant à sensibiliser au changement climatique et à la relation entre l’océan et le climat. Il a ainsi atteint son objectif de sensibilisation qui a bénéficié à plus de 3000 personnes de la population rurale, littorale et urbaine de la région Souss Massa.

SFM était présente lors de la COP22 de Marrakech pour représenter la communauté littorale dans l’espace de société civile (zone verte) et dans la zone bleue des négociations de la Conférence des Parties.

img_20161112_095308

Accréditée par l’UNFCCC, l’équipe a eu le chance de vivre cet événement de près! Elle a pu assister et participer à de nombreuses conférences, activités, side-event et ainsi échanger sur différents thèmes tout en visitant les stands présentés en zone verte. C’était également une occasion unique de présenter ses projets réalisés et à venir avec tous les acteurs (sociétés privés et organisations internationales, ONG) ainsi qu’avec quelques personnalités.

COP22

C’était surtout une occasion pour participer aux discussions concernant le littoral, l’Océan et l’éducation à l’environnement avec les autres acteurs de la société civile. La COP22 est une opportunité pour découvrir les initiatives et projets nationales et internationales toutes plus créatives et innovantes.

SFM a suivi avec intérêt toutes les activités liées au thème « Océan & Climat » et à vécu des journées marquantes. Les décideurs été réuni en nombre pour trouver des solutions concrètes à cette problématique récemment exposer au grand jour. Deux journées été dédiées à la célébration de l’Océan : le 11 & 12 novembre.

  11  novembre

 La Plateforme Océan et Climat en collaboration avec la Commission Océanographique Intergouvernementale de l’UNESCO et le Forum Mondial des Océans ont organisé le Forum de l’Océan & du Climat, qui s’est déroulé dans la zone verte accessible au grand public. Ce forum était une véritable rencontre entre les décideurs, les spécialistes de l’Océan, les acteurs et la société civile. Ce fut l’occasion pour rappeler le rôle majeur de l’Océan dans notre vie et dans la lutte contre le changement climatique. Mais également d’insister sur les menacent qui pèsent sur ce milieu, dû à l’activité humaine et au réchauffement climatique (acidification des océans, montée du niveau des mers, dégradation des éco-systèmes, migration des espèces, etc…)

COP22

Les intervenants ont mis le point sur deux volets principaux :
- Atténuation et Adaptation : quelles initiatives pour faire avancer les actions Océan et Climat ?
- Les questions scientifiques, les lacunes et les investissements de recherche pour mieux comprendre les liens entre l’Océan et le Climat et accompagner l’action.

A l’occasion de cette journée, le Maroc, pays d’accueil de la COP22 à présenté son programme « ceinture bleue » (blue belt), pour une pêche durable. « Nous avons opté pour cette ceinture bleue, pour donner une réponse à la résilience des océans et du climat. C’est la zone la plus sensible aux phénomènes extrêmes et aux changements climatiques. Elle fournit 85% des captures dans le monde », a déclaré Abdel Malek Faraj, directeur de l’Institut de recherche halieutique marocain, en estimant qu’il s’agit « d’une solution d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques selon une feuille de route prioritaire et un plan d’action global ».
La ceinture bleue part d’une nécessaire action commune pour les océans et le climat. « Un océan vivant et en bonne santé est indispensable pour atténuer les effets du réchauffement climatique » a t- il souligné. Pour cela, la pêche et l’aquaculture peuvent devenir un modèle de durabilité, en s’appuyant sur ceux de l’économie verte et bleue et contribuer à cet objectif.

COP22

L’initiative de la ceinture bleue est guidée par des objectifs ambitieux qui répondent au développement durable et aux objectifs de la Croissance Bleue. Il s’agit d’une stratégie à long terme visant à soutenir la croissance durable dans les secteurs marin et maritime dans leur ensemble. Elle est considérée comme une source d’inspiration majeure de la Ceinture Bleue, dont elle est la mise en œuvre opérationnelle.
Le forum de l’Océan & Climat a donné la parole aux jeunes chercheurs de solutions pour protéger l’Océan face au changement climatique. Ils ont eu l’occasion de présenter leurs projets innovantes et ambitieuses. Cette journée s’est clôturée avec les recommandations suivantes :

investir dans l’océanographie et les sciences marines pour renforcer la connaissance sur les liens entre océan et climat
reconnaître le rôle des écosystèmes marins et côtiers en tant que puits naturels de carbone
accélérer la mise en place d’un réseau cohérent et résilient d’aires marines protégées
développer les énergies marines renouvelables en préservant la biodiversité
accompagner la transition énergétique du transport et des activités maritimes
soutenir prioritairement les mesures d’adaptation pour les régions les plus vulnérables
renforcer les transferts de technologies vers les territoires côtiers les plus vulnérables
dédier une partie du Fonds Vert aux projets marins et côtiers.

12 novembre

Le Maroc, la Fondation Prince Albert II de Monaco, la FAO, le Global Ocean Forum et la Plateforme Océan et Climat ont organisée la journée d’action « Oceans Action Day ». Il s’agit de la journée officielle Océan de l’Agenda Global de l’Action de la CCNUCC. Cette journée a rassemblé plus de 400 participants venus du monde entier pour faire avancer les questions relatives aux océans et au changement climatique, et ainsi proposer des mesures concrètes pour soutenir les actions de l’Objectif de Développement durable n° 14 : Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines.

A cette occasion, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la Banque mondiale et la Banque africaine de développement (BAD) ont annoncé leur initiative baptisée « African Package for Climate-Resilient Ocean Economies ». Cet ensemble ambitieux d’assistance technique et financière appuiera les économies vivant de l’océan en Afrique. Il vise également à renforcer la résilience des océans et des zones côtières face au changement climatique, en s’adaptant aux priorités et objectifs spécifiques des pays. L’initiative mobilisera près de 3.5 milliards de dollars et mettra en œuvre des programmes liés à l’adaptation et à l’atténuation de 2017 à 2020.

COP22

Les partenaires de la COP22 (les Parties, les organisations intergouvernementales, les ONG, les institutions académiques, les universitaires, le secteur privé et les autorités locales) pour l’action sur les océans ont publié une feuille de route stratégique pour des mesures en faveur des océans et du climat de 2016 à 2021. Elle propose une vision de l’action sur les océans et le climat au cours des cinq prochaines années. Six domaines majeurs sont concernés : le rôle des océans dans la régulation du climat, l’atténuation, l’adaptation, les déplacements humains, le financement et le renforcement des capacités.

COP22

L’action climat pour les océans fait des vagues !

Surfrider Foundation Maroc  souhaite que ces journées dédiés à l’Océan lors de la COP22 soient suivi d’actions concrètes au Maroc pouvant participer à résoudre les problèmes majeurs que les océans subissent depuis plusieurs décennies.

A cette occasion, l’équipe de SFM félicite le Maroc pour la réussite de cet événement mondial.

Résultats principaux et initiatives de la COP22

Surfrider Campus Tour 22 – Escale Imsouane

Dans le cadre du Surfrider Campus Tour 22 (SCT 22), l’équipe SFM a mené plusieurs séances de sensibilisation dans la région d’Imessouane. Le SCT 22 est une caravane éducative visant à sensibiliser le grand public au changement climatique et la relation entre l’océan et le climat. Au 19 et 20 octobre, le SCT 22 a fait escale dans deux établissements scolaires et une coopérative de la commune rurale d’Imessouane. La majorité des habitants du village travaillant dans l’agriculture ou grâce aux ressources littorales, risquent d’être gravement impactés par les conséquences du changement climatique alors qu’ils subissent déjà les impacts de la pollution de l’environnement. C’est pourquoi SFM à choisi de donner une importance toute particulière à cette étape du Surfrider Campus Tour 22.

 

Surfrider Campus Tour 22

Le village d’Imesouane

Surfrider Campus Tour 22

L’équipe de Surfrider Foundation Maroc a réalisé sa première séance de sensibilisation à l’Ecole coranique Sidi Ahmed Ousaid qui a profité à plus de 45 élèves (à partir de 6 ans). Puis SFM a rendu visite à la Coopérative Toudarte où environs 100 femmes produisent de l’huile d’argan. Dans la coopérative, la majorité des femmes enlève les noyaux des noix d’argan de façon traditionnelle. Pour obtenir l’huile, les noyaux parcourent ensuite plusieurs étapes de lavage, grillage et pressurage. Mis à part le fait que les femmes perçoivent un salaire qui leur permette de subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille, la coopérative met aussi à disposition une crèche et une école pour leurs enfants. SFM a pu y sensibiliser une cinquantaine de femmes ainsi que treize élèves.

 

Surfrider Campus Tour 22

Les produits de la coopérative Toudarte

Surfrider Campus Tour 22

Le lendemain, trois séances de sensibilisation ont été menés au collège Ryad Imsouane au profit de près de 200 élèves.

Pendant ces séances, Younes a abordé le changement climatique, ses conséquences et les différents moyens pour lutter contre ce phénomène. À travers un diapositif et des expériences scientifiques, il a illustré concrètement l’effet de serre, l’élévation du niveau de l’océan, le réchauffement de la terre et l’acidification de l’océan.

Cette escale du SCT 22 a connu un véritable succès. Les 300 élèves et femmes sensibilisés étaient majoritairement très intéressés par la thématique et motivés de participer aux séances. SFM tient à remercier les partenaires locaux pour leur coopération et leur accueil chaleureux : Monsieur lhaj Ihihi – Président de l’association École coranique Sidi Ahmed Ousaid, Monsieur Mssaoudi Khalid – Directeur de Coopérative Toudart, Monsieur Ahmed Amzil – Responsable de la Coopérative Toudart, Monsieur Abdelah Amchtakou – Président de l’association Jeunes d’Imessouane, Monsieur Khalid Lmadi – Président de l’association Ryad Imessouane. Merci également à l’Ambassade de France pour son soutien et son appui financier.

Nous espérons que le SCT 22 continuera à rencontrer un tel succès, en éduquant un public encore peu sensibilisé aux questions environnementales. Depuis son lancement en mai 2016, le SCT22 a bénéficié à plus de 2000 personnes.

LE CLIMAT CHANGE, et nous ?

Le samedi 1er octobre 2016, la « Journée Climat à Rabat » labellisée COP22 a rassemblé plus de 50 ONG marocaines et françaises sur le thème du changement climatique à la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc (BNRM). Cette journée co-organisée par l’Ambassade de France et l’Institut Français du Maroc était une parfaite opportunité pour que les associations participantes échangent sur leurs expériences respectives. 33 stands étaient mis à disposition de ces ONG engagées pour le climat interviennent dans différents domaines lié à l’environnement (eau et littoral, éducation et formation, agriculture, forêt et alimentation, biodiversité, énergies, économie circulaire, genre et coopération franco-marocain pour la COP22).

journée Climat

Surfrider Foundation Maroc été présente pour cet événement et a accueilli sur son stand des centaines de visiteurs de différents âges et catégories (écoles, associations, personnalités publiques, chercheurs, particuliers). Ces visites ont permis à Surfrider Foundation Maroc d’échanger avec différents acteurs et de sensibiliser le grand public sur son thème « Climat & Océan ». Des nombreuses activités étaient également organisées lors de cette journée. journée Climat Des débats ont été menés par des personnalités publiques, dont notamment Driss El Yazami, Président du CNDH est membre du comité de pilotage de la Cop 22 en charge du pôle « société civile » ou encore Brice Lalonde, coordonnateur exécutif de la Conférence des Nations unies sur le développement durable (Rio+20). journée Climat En parallèle de ces débats, des tables rondes ont été ouvertes sur les thèmes suivants : Energies renouvelables, efficacité énergétique et habitat,  agriculture et climat, villes durables et gestion des déchets, justice climatique et éthique. Les expositions « l’agriculture familiale dans les pays du sud » ou encore « la mer…. destination finale » de l’AESVT ont été présentées tout au long de la journée avant la projection des films « Femmes et Climat » et « Demain« . journée Climat Enfin le concours Ana Maghribi(a) sous le thème du Climat a permis de découvrir de belles idées innovantes dans le domaine de l’environnement. Six prix ont été remis aux gagnants qui ont proposé des vidéos n’excédant pas 90 secondes. Le prix du public a été attribué à Hamid Khoujane pour son film «Save Earth». Le prix spécial de l’IFM est revenu à Ali Ben Chekroune pour son court métrage «L’enfant sans nom».

journée Climat

Surfrider Foundation Maroc félicite l’ambassade de France et l’Institut Français pour l’organisation de cette journée dédiée au climat et qui a connu un grand succès ainsi que tous les partenaires et les participants.    

Atelier Régional d’Echange et de Concertation dans le Cadre du Développement de la Stratégie Faible Carbone du Maroc

Le ministère de l’environnement à organiser le 18 mars 2016 un Atelier Régional d’Echange et de concertation dans le Cadre du Développement de la Stratégie Faible Carbone du Maroc à l’hôtel Amadil dans la ville d’Agadir. Surfrider Foundation Maroc a eu l’opportunité de participer. Les objectifs de cet atelier étaient multiples :

BeFunky Collageرلبيل

-Informer les acteurs régionaux sur les approches d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre retenues par le Maroc ainsi que le processus d’élaboration de LEDS.

-Discuter les priorités de la Région ayant une forte influence sur l’atténuation dans le cadre d’un dialogue intersectoriel.

- Échanger sur la contribution potentielle du secteur privé et celle de la société civile, à la concrétisation des engagements pris par le Maroc en matière d’atténuation.

12473694_1087417331380014_3321081248257335733_o

Monsieur Abdelfetah SAHIBI, coordinateur national du projet LECB (Ministère Délégué chargé de l’environnement-PNUD & GEF) et Monsieur Mohamed BERDAI, (Expert Energie & Environnement), ont animé cet atelier. La première session était centrée sur les enjeux de l’atténuation au Maroc.

La seconde session  était organisée sous forme d’une plat forme d’échange sur la place de l’atténuation dans les programmes prioritaires de la Région dont la présentation était  assurée par les acteurs sectoriels, publics et privés concernés.

Différents acteurs de divers établissements étaient présents (Préfectures et provinces, municipalités et communes, services extérieurs : Environnement, Agriculture, Pêche, Industrie, Energie, Tourisme), organismes publics (ONEE, RAMSA…) ainsi que des ONG intervenant sur l’environnement.

12779274_1087415271380220_4142377859655891178_o

De nombreux participants sont intervenus, en exposants les réalisations de la ville d’Agadir, au niveau des stratégies de l’atténuation et l’adaptation, les changements climatiques au Maroc, l’accord de la COP21, la stratégie des déchets et du tri, l’eau, centre de transfert.

856994_1087417581379989_8028678226141073291_o

Pour Surfrider Foundation Maroc, cet échange a été l’opportunité d’exposer son point de vue sur différents thèmes ainsi que ses interrogations :

- Pour que le Maroc arrive à réaliser ces objectifs mentionnés sur les stratégies d’atténuation, il faut avant tout impliquer les citoyens, les sensibiliser. La sensibilisation joue un rôle très important en matière de protection du climat et de l’environnement.

-Si chaque région dresse sa stratégie d’atténuation de GES, il faut que les associations se réunissent pour participer, parce qu’il y a toujours un rôle très important de la société civile dans le développement.

Pour clôturer cet atelier, Le Maroc a émis le souhait de réduire à l’horizon 2030 ces émissions de gaz à effet de serre de 30%. Surfrider Maroc tient à remercier le ministère de l’environnement d’avoir organisé cet événement et de nous avoir invité à cet atelier.