Delphinarium d’Agadir : pétition et mobilisation de la société civile

Depuis quelques jours, l’ONG Surfrider Foundation Maroc mobilise la société civile marocaine ainsi que les médias internationaux autour d’un projet de création de Delphinarium d’Agadir prévu à Anza (quartier industriel). Une pétition à destination de M. Akhannouch (Ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux & forêts) ainsi qu’à M. Rebbah (Ministre de l’énergie, des mines et du développement durable) a été créée pour s’opposer à ce projet dont les travaux ont déjà débutés. En tant qu’acteur local et défenseur du littoral engagé, l’ONG se mobilise et vous invite à rejoindre le mouvement. Il faut agir et vite!  Votre voix compte : signez et partagez la pétition ici (http://bit.ly/2hhpOqa). Donnons une voix à ceux qui n’en ont pas !!

delphinarium d'Agadir

Delphinarium d’Agadir, un projet fortement contesté et contestable

Alors que le Maroc, sous la vision éclairée de sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’Assiste, s’est doté d’une stratégie nationale de développement durable (SNDD) incluant notamment la création de parcs éoliens et solaires, la mise à niveau des décharges, la gouvernance, l’économie verte, la préservation de la biodiversité, la promotion de la culture du développement durable… pour relever courageusement les défis du XXIème siècle auxquels la Planète fait face aujourd’hui, la ville d’Agadir a autorisé la création d’un Delphinarium à Anza, allant à l’encontre même de la notion de développement durable. Les dauphins en captivité renvoient une image d’un animal joueur, docile, prêt à nous divertir, la forme de leur bouche leur donne un air souriant et joyeux, mais ces apparences cachent la bien triste réalité de leurs misérables conditions de vie en captivité et de leur asservissement total… Alors que les Delphinarium du monde entier sont de plus en plus contestés, voici pourquoi la création de nouveaux parcs n’est pas acceptable en 2017.

1. Les dauphins possèdent des capacités intellectuelles égales voire supérieures à celles de l’Homme 

  • Leur cerveau est plus gros que celui de l’Homme et leurs circonvolutions sont plus nombreuses. Ils possèdent un lobe frontal très développé, qui est le siège de la pensée consciente et de la cognition associative.
  • Les dauphins ont une conscience du soi. Les individus se reconnaissent en tant que tel et reconnaissent l’identité de leurs congénères (basé sur le test du miroir).
  • Leur langage est articulé et aussi complexe que celui de l’Homme. Il est basé sur la combinaison de sons pulsés (clics) et de sifflements modulés. Les langages diffèrent en fonction des groupes sociaux auxquels ils appartiennent et permettent à chacun de déterminer l’appartenance d’un dauphin à un groupe spécifique. Ils se pourraient même que ces langages réfèrent à des notions abstraites.
  • Ils disposent de facultés de raisonnement et de créativité. Ils sont capables de comprendre un très grand nombre de signaux sonores, graphiques et gestuels, de se servir d’outils et d’apprendre très rapidement. Ces facultés sont d’ailleurs exploitées par les dresseurs dans les Delphinariums.
  •  Ils ont développés des techniques de chasse complexes, variées et innovantes et propres au groupe auquel ils appartiennent. Les dauphins apprennent les techniques de chasse à leur descendance. Les contacts intergénérationnels sont fréquents durant toute leur vie.
  • Les dauphins vivent en sociétés complexes et organisées en communautés composées généralement d’une 100aine d’individus mâles et femelles de tout âge, elles-mêmes subdivisées en petits groupes de 5 à 15 individus. Les individus se déplacent en groupe sur de grandes distances et se mélangent avec les communautés voisines, changent de partenaire, se bagarrent… Les femelles sont au centre de la société et les mâles se regroupent à la périphérie du groupe.

delphinarium d'Agadir

2. Les conditions de capture des dauphins sauvages pour alimenter l’industrie des Delphinariums à travers le monde sont cruelles et scandaleuses

Les pêcheurs procèdent à de grands rassemblements, rabattant les dauphins grâce à des sons les perturbant et les désorientant, puis les dauphins sont capturés en masse à l’aide de filets ou de lassos dans un climat d’une extrême violence. Sous le coup du stress et de la peur, les dauphins peuvent s’échouer ou se noyer, des femelles avortent même. Les dauphins sont triés, les spécimens les plus “beaux” sont revendus aux Delphinariums (en Europe, en Asie et en Amérique) au prix de 150 000 $ / dauphin, les autres sont massacrés pour leur viande au prix de 600 $ / dauphin, engendrant un bain de sang effroyable. Le massacre de dauphins le plus médiatisé et le plus terrifiant est celui de la baie de Taiji au Japon, baptisée “la baie de la honte”, mais les captures ont également lieu aux Îles Salomon, à Haïti, à Cuba et en Afrique de l’Ouest… Les dauphins destinés aux Delphinariums sont ensuite transportés en brancard où ils sont maintenus hors de l’eau pendant des heures, leur peau se déshydrate et leur respiration devient difficile. Pour 1 dauphin capturé, 17 dauphins sont massacrés. Arrivés dans le bassin c’est le choc dû à la réduction de son espace vitale, la dominance de l’Homme, la modification de son régime alimentaire, l’absence de vie sociale… Plus de la moitié des dauphins meurent durant leurs deux premières années de captivité. Ces techniques de capture ont des effets violents sur les groupes de dauphins sauvages qui ont rescapés : ils se voient amputés de l’un des leurs. Les dauphins sont des animaux hyper-sociaux et toute leur vie peut être bouleversée par cette perte.

delphinarium d'Agadir

 3. Les dauphins en captivité sont privés de leur liberté de mouvement et de leur sens premier : l’ouïe

Les dauphins en captivité sont enfermés dans des bassins peu profonds qu’ils parcourent en quelques coups de nageoires alors que les dauphins sauvages parcourent près de 100 km par jour et passent 80% de leur temps immergé dans les profondeurs de l’océan, pour se sociabiliser, s’amuser et chasser… Les dauphins en milieu naturel mènent une vie sociale très développée dans un environnement marin stimulant. En captivité les dauphins sont condamnés à vivre avec des dauphins provenant de groupes sociaux différents du leur, utilisant un langage différent du leur, et sont privés de leur sens premier : l’ouïe. Leur ouïe fonctionne par écholocation ce qui leur permet de se guider et de “voir grâce aux sons”. Ils seraient capables de percevoir l’intérieur du corps de leurs congénères et celui d’autres individus, y compris l’Homme… Dans les bassins en béton des Delphinariums, les ondes sonores se répercutent sur les parois et assourdissent les dauphins qui auraient le malheur d’utiliser leur sonar. Ils réduisent donc son utilisation car leur intelligence leur permet de mémoriser la structure de la prison dans laquelle ils sont enfermés.

delphinarium d'Agadir

4. Leurs conditions de vie en captivité ne sont pas acceptables

L’alimentation des dauphins captifs est constituée de poissons morts et découpés en fragments de qualité variable alors qu’en milieu naturel le régime alimentaire des dauphins est extrêmement varié. L’alimentation est enrichie en vitamines, antidépresseurs, antibiotiques pour les maintenir en vie, induisant des ulcères et d’autres affections. De plus, la nourriture est utilisée comme moyen de pression et d’asservissement dans les Delphinariums. Un dauphin adulte sauvage ingurgite jusqu’à 25 kilos de poissons par jour. Une acrobatie faite lors d’un spectacle donne droit à un poisson. La récompense est donc bien maigre. Une fois rassasiés, les dauphins n’obéissent plus aux ordres de leur dresseur. Les cétacés nagent dans une eau chlorée ou purifiée par ozone au lieu de l’eau de mer naturelle, renouvelée par les courants océaniques qui comportent des oligoéléments essentiels à leur bien-être. L’eau chlorée provoque des maladies de la peau et des troubles respiratoires, tel que l’asthme, connue pour avoir un effet similaire sur l’espèce humaine. Les systèmes de traitement des eaux usées sont souvent insuffisants, les dauphins captifs baignent dans une eau chargée de fèces engendrant des taux de bactéries coliformes très élevés qui induisent diverses maladies.

delphinarium d'Agadir

La captivité réduit l’espérance de vie des dauphins. Leur taux de mortalité est très élevé, en particulier vers 10-12 ans (correspondant à l’adolescence).En effet les dauphins captifs vivent deux fois moins longtemps que leurs congénères sauvages. La principale cause de cette faible longévité est le stress généré par la vie en captivité qui affecte leur système immunitaire et/ou leur psychisme. Les dauphins nés en captivité non plus rien à voir avec les dauphins sauvages, ils sont complètement déconnectés de leur mode de vie naturel. Le stress, le désespoir ou la dépression causée par leur condition de vie, les fausses-couches à répétition (dans le cas des femelles), l’arrivée d’un nouveau dauphin au sein d’un bassin,  engendrent des comportements d’automutilation (les dauphins se jettent contre les parois des bassins), des actes d’inceste, des comportements contre-nature et des comportements suicidaires. La respiration étant un acte conscient et volontaire chez les cétacés, ils peuvent à tout moment décider de cesser de respirer. Flipper, le plus connu des dauphins en captivité, s’est d’ailleurs suicidé.

5. Les delphinarium sont loin d’être des observatoires scientifiques

Aujourd’hui, les scientifiques se sont tournés vers l’observation des animaux en liberté car les conditions de vie et donc les comportements des dauphins en captivité n’ont rien à voir avec les conditions naturelles. Les informations obtenues sur des spécimens captifs, du fait de l’environnement artificiel, ne sont pas applicables au cas des dauphins sauvages. L’excuse des Delphinariums au nom de la science n’est plus acceptable.

delphinarium d'Agadir

6. Ces parcs d’animation sont contraires à l’éducation à l’environnement que l’ont souhaite transmettre à nos enfants

Les Delphinariums participent à une forme de mauvaise éducation de nos enfants. En effet, voir des dauphins enfermés, asservis, malades et stressés effectuer des acrobaties ne peut en aucun cas contribuer à éduquer le public sur les cétacés. Acheter un ticket d’entrée pour un Delphinarium c’est acheter la prison à vie pour un dauphin et ainsi contribuer à la prospérité de cette industrie. S’ils n’étaient pas rentables, les Delphinariums n’existeraient plus depuis longtemps…

 

CONCLUSION Les études scientifiques ont démontré que les mammifères marins ne sont pas adaptés à la vie en captivité et les y contraindre s’apparente à une forme d’esclavagisme et de maltraitance et à un traitement cruel et non-éthique. Les conditions de vie des Delphinariums ne permettent pas de répondre à leurs besoins physiologiques et sociaux. Le manque d’espace, l’oisiveté forcée, la perte de contrôle de leurs activités sociales et de leur environnement sont la cause principale de souffrance et de décès des dauphins en captivité. Par conséquent, les Delphinariums ne répondent pas à l’impératif exigeant qu’une espèce captive puisse disposer des moyens de vivre normalement et dignement dans un environnement artificiel recrée par l’Homme. Il existe un lien direct entre l’industrie des spectacles de dauphins en captivité et les eaux sanglantes de la baie de Taiji. Il n’y a pas de différence entre donner de l’argent pour assister à un spectacle de dauphins, et massacrer un dauphin à Taiji. C’est l’industrie des spectacles de dauphins qui fait perdurer cette chasse. L’abattage des dauphins l’accompagne. Les Delphinariums, leurs spectateurs et les gouvernements autorisant ces pratiques ont tous le sang de dauphins innocents sur les mains. Les Delphinariums et leurs dresseurs prétendent que les dauphins adorent faire des pitreries, qu’ils sont heureux, mais il s’agit d’animaux sauvages qui n’ont pas pour vocation de nous divertir, et au contraire, qui ont droit à leur liberté. Si on aime les dauphins on ne peut pas accepter de les voir souffrir. Aller à leur rencontre dans leur milieu naturel, tout en les respectant, plutôt qu’en les extrayant de force pour les incarcérer dans le nôtre est possible. Des projets d’éco-tourisme et de Dolphin Watching ont vu le jour ces dernières décennies et permettent d’éduquer les générations futures, tout en respectant la Vie animale et en se conformant à une idéologie de développement durable. Depuis des millénaires, les dauphins sauvages nous témoignent leur amitié : ils accompagnent nos bateaux, nagent avec nous, viennent à notre rencontre et nous secourent même en cas de danger. Donnons donc une voix à ceux qui n’en ont pas…

delphinarium d'Agadir

 Donnons une voix à ceux qui n’en ont pas. Dites NON à la création du Delphinarium d’Agadir !

«
»

3 comments on “Delphinarium d’Agadir : pétition et mobilisation de la société civile”

  1. Halimi Abdallah dit :

    Je soutiens votre action; je signe la pétition

  2. EL KSSEYER dit :

    J’adhère à cette dynamique et je signe la pétition.

    Khalifa EL KSSEYER

  3. Nicole dit :

    Liberté pour ces magnifiques mammifères qui souffrent en captivité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*