PROJETS

« Eco-ambassadeurs »

2ÈME ÉDITION: 2017-2018

Ce projet s’inscrit dans la continuité de la COP22 de Marrakech (novembre 2016), qui a permis une plus grande visibilité environnementale et a déclenché une dynamique d’actions. Ce projet est proposé afin d’éviter que l’élan suscité par cette réunion internationale des chefs d’Etats du monde entier et de la société civile ne s’estompe et ne tombe dans l’oubli.

Résumé du projet

Véritable initiative d’éducation environnementale, ce programme d’animation a pour vocation de créer des liens et des échanges entre des établissements d’horizons différents. Le projet a pour but de mobiliser des élèves et des enseignants grâce à des clubs environnementaux : les sensibiliser ,  les impliquer dans une démarche d’analyse, de réflexion et de mise en œuvre de solutions concrètes.

La 2ème édition des Eco-ambassadeurs a été lancée le 24 novembre dernier.

« Agadir Port Bleu »

2017-2018

SFM propose aux entreprises du port de pêche et à tous les acteurs maritimes d’Agadir de s’impliquer dans le projet. Cela permettrait à tous les partenaires de découvrir, d’analyser, de comprendre et de mettre en oeuvre de façon progressive les solutions proposées ci-après.

  • Objectif I : « Informer et sensibiliser les marins »

Le premier objectif de ce projet est l’information et la sensibilisation à la problématique des déchetsmarins. Le but est de permettre une meilleure compréhension des impacts de la pollution et uneapproche différente des équipages envers leur environnement de travail : l’océan. Ils peuvent ainsiadapter leurs gestes quotidiens à bord et au port pour protéger l’écosystème marin et les ressourceshalieutiques. Le projet vise à encourager les équipages des navires à collecter les déchets remontésavec les filets ainsi que les déchets produits à bord. Il s’agit d’éviter que tout déchet pêché ou produità bord ne soit rejeté en mer.

  •  Objectif II : « Améliorer la gestion des déchets »

Le second objectif est d’améliorer la gestion des déchets dans le port de pêche d’Agadir, pour un traitement des déchets plus efficace et respectant l’environnement. Dans le domaine social, il s’agitd’agir aux côtés des acteurs informels déjà présents et de proposer des améliorations pour le tri et larevalorisation des déchets qui vont aller de pair avec l’amélioration de leurs conditions de travail.

  • Objectif III : « Attirer l’attention des acteurs du port »

Le troisième objectif du projet consiste à attirer l’attention des acteurs du port (armateurs, marins etagents portuaires) et à les motiver à adopter des gestes éco-citoyens. Une fois le projet lancé, lacommunication doit se poursuivre afin d’influencer le maximum d’acteurs du port à y participer.

  •  Objectif IV : « Identifier et analyser les caractéristiques des déchets »

Il s’agit de produire les premières données statistiques à partir de l’analyse des déchets produits etrécoltés en mer. L’intérêt est de quantifier ces déchets et de définir leur nature afin de cerner plusprécisément la problématique des déchets en mer.

« J’aime ma plage »

PROJET ESTIVAL ANNUEL DEPUIS 2012

  • Objectif du projet

Chaque été l’opération « J’aime ma plage » a lieu sur le littoral de la région d’Agadir.
La sixième édition de l’opération « Coca-Cola J’aime ma plage » s’est déroulée du 17 juillet au 30 août 2017 sur sept plages (Madraba, Km 25, Km 26, Imi Ouaddar, Aghroud 1, Aghroud 2 et Imssouane). Le travail de nettoyage et de sensibilisation mené par les responsables de plage auprès des estivants a été remarquable et absolument nécessaire. Il a permis de lutter concrètement contre la pollution des plages pendant l’époque estivale.
Le projet est mené par Coca-Cola (SGBS) en partenariat avec Surfrider Foundation Marocet Magval. Il vise à sensibiliser les estivants sur la problématique des déchets aquatiques mais aussi à nettoyer les plages pendant l’été. Pour cela, 43 responsables de plage ont effectué un travail quotidien sur 7 plages de la région d’Agadir.
Avant de commencer l’opération estivale, des réunions et des préparations se sont organisées dans l’objectif d’éviter les obstacles rencontrés sur le terrain.

  •  Formation au profit des responsables de plages

Pour donner aux responsables de plages les outils et les ressources nécessaires à leur travail sur les plages, une semaine de formation avait été organisée du 12 au 18 juin 2017 à l’Institut Français d’Agadir.
Le but était de donner un maximum d’informations pertinentes sur différents sujets liés à l’environnement (littoral, cycle d’eau, pollution, changement climatique, tri sélectif & recyclage, écogestes, énergies renouvelables, comment sensibiliser…) aux jeunes responsables de plages afin qu’ils puissent sensibiliser au mieux le grand public.

  • Installation de poubelles

Pour la sixième édition de l’opération « Coca-Cola J’aime ma plage » plus de 150 poubelles ont été́ installées. Elles ont été́ reparties selon l’étendue de la plage et la fréquentation des estivants.
Des panneaux d’informations ont également été affichés sur la plage d’Imi Ouaddar.

  • Public Sensibilisé/ Déchets Collectés

Au total, ce sont 43 responsables de plages qui ont travaillé sur la côte. En allant à la rencontre des adultes comme des enfants, les responsables de plages ont sensibilisé des milliers de personnes. Cela grâce à des instruments pédagogiques et des jeux ouverts à tous.
Le nombre de personnes sensibilisées durant les 48 jours du projet est près de 35 000 estivants et près de 1900 enfants. En 2016, ce sont 70 716 estivants qui avaient été sensibilisés.

« Mémoires de littoral »

2018

Le grand Agadir a connu un développement intense de son littoral depuis les années 1960. Le développement des activités de pêche, de l’industrie et du tourisme a modifié l’apparence et l’organisation de la côte. Le territoire se montre fortement tourné vers l’océan et de nombreux projets d’aménagement sont en cours. Comment se traduisent ces évolutions ? Quelles en sont les conséquences ? Le grand Agadir a connu un développement intense de son littoral depuis les années 1960. Le développement des activités de pêche, de l’industrie et du tourisme a modifié l’apparence et l’organisation de la côte. Le territoire se montre fortement tourné vers l’océan et de nombreux projets d’aménagement sont en cours. Comment se traduisent ces évolutions ? Quelles en sont les conséquences ?
L’exposition « Mémoires de littoral » prévue au Printemps 2018 a pour but de montrer l’évolution du littoral et des rivages au cours du temps à un public le plus large possible. À travers différents supports (photos, témoignages, documents urbains, archives..) cela permettrait de sensibiliser le public à la fragilité du littoral et au phénomène de littoralisation intense et ses conséquences sur l’environnement.

  • Les objectifs sont simples

–  Faire prendre conscience au public du phénomène intense de littoralisation via la comparaison entre documents actuels et archives
–  Expliquer les conséquences de l’urbanisation marquée du littoral, en particulier sur l’environnement
–  Comprendre le point de vue d’acteurs variés, leurs constatations et leurs attentes
–  Soulever des questionnements sur le lien entre développement démographique, économique et préservation de l’environnement

«Anchor Point for World Surfing Reserve »

2018

On trouve sur les côtes marocaines quantité de spots de surf mondialement connus car d’une qualité exceptionnelle. Ces spots sont malheureusement peu mis en avant par les autorités et ne bénéficient pas de la reconnaissance qu’ils méritent. Par ailleurs, la pression anthropique est un danger permanent pour le littoral, les vagues et l’identité « surf » de la région.
Le spot d’Anchor Point est un symbole à la fois de la qualité des vagues et de la menace qui pèse sur le littoral.
World SurfingReserves est un classement créé en 2009 qui reconnaît la qualité de la vague, l’histoire du spot, la qualité de l’environnement et le support de la communauté locale.
Classer Anchor Point permettra de donner au spot et à toute la région une reconnaissance et une visibilité mondiale. Ce sera surtout un moyen de protéger la vague du risque de l’urbanisation.

« Surfrider Campus Tour 22 » 

2016

Le Surfrider Campus Tour 22 (SCT22) est une caravane éducative visant à sensibiliser aux enjeux qui lient l’océan & le climat. Il permet de diffuser des informations et d’éduquer le public au changement climatique : ses causes, ses conséquences…

Il vise également à sensibiliser le grand public au rôle de l’océan (réservoir de chaleur, pompe à carbone, hausse du niveau de la mer, acidification des océans, biodiversité marine…). Un accent particulier est mis sur les éco-gestes à adopter au quotidien afin de protéger notre planète, réduire notre impact sur le climat et s’adapter au changement climatique.

  • Public ciblé 

Ce projet itinérant a choisi de cibler un public encore peu sensibilisé aux questions environnementales et à la problématique Océan / Climat. Il s’agit des populations rurales et de la communauté littorale (enfants défavorisés, femmes en situation précaire, associations ainsi que des élèves d’établissements scolaires publiques). En effet, ces populations sont particulièrement touchées par les conséquences du changement climatique et pourtant peu informées et donc très vulnérables.

  •  Objectifs 

SCT22 vise à créer une réelle prise de conscience collective sur les enjeux Océan & Climat et à impulser des changements durables.Le projet s’était fixé un objectif de 800 personnes à sensibiliser en 6 mois de tournée. Le projet à connu un bel engouement et a finalement bénéficié à plus de 3 000 personnes.
Toutes les populations du monde sont dépendantes de leur environnement et doivent être les acteurs du changement.

  • Moyens de SCT 22

L’équipe pédagogique SFM a diffusé sa thématique « Océan et Climat » au moyen d’une exposition ludique et d’une approche participative lors de ses interventions. Notre ONG a développé différents outils pédagogiques (diapositives, brochures, roll-ups, sacs, tshirts, casquettes…).

  • Partenaires SCT22

– Ambassade de France au Maroc
– Ministère de l’éducation nationale
– Ministère de la Jeunesse et des Sports Marocain
– Associations locales & coopératives

«Imsouane Zero Dechets »

2016

Comme beaucoup de villages du Maroc, Imessouane fait face à une augmentation constante du nombre de déchets dans ses ruelles, ses oueds ou sur la plage. Une grande majorité de ces déchets finissent dans l’océan, contribuant ainsi à la pollution de l’eau, la destruction des écosystèmes et la dégradation des paysages. L’association a constaté l’absence d’infrastructures de collecte des déchets dans les lieux publiques, l’insuffisance de gestion des déchets et un manque de campagne de sensibilisation nationale et locale. Ainsi SFM a décidé d’agir avec l’aide des acteurs locaux (financeurs du projet) par la mise en place d’actions concrètes.

  •  Actions concrètes 

–  Installation de poubelles dans le village et aux abords de la plage : 14 poubelles, fabriquées à partir de matériaux recyclés ont été fixées
– Installation de poubelles dans le village et aux abords de la plage : 14 poubelles, fabriquées à partir de matériaux recyclés ont été fixées
– Nettoyage des plages d’Imesouane, via deux Initiative Océanes organisées (avant et après la période estivale) et l’emploi de deux ouvriers supplémentaires durant tout l’été, en charge du nettoyage des plages- Sensibilisation de la population locale à la problématique des déchets aquatiques grâce à :

 * l’installation de 3 panneaux d’information aux entrées des spots de surf et lieux de fréquentation, eux aussi fait à partir de matériaux recyclés (anciennes planches de surf) ;
* la création d’un livret sur la pollution du littoral, les moyens d’action et comportements à adopter : distribués à 1000 exemplaires auprès des familles, commerçants, pêcheurs…;
* la sensibilisation au sein des établissements scolaires primaires et secondaires de la Commune : près de 600 élèves (entre 7 et 16 ans) bénéficiaires ;
* La sensibilisation du personnel de la commune à la problématique des déchets aquatiques et leur formation à l’utilisation des nouvelles infrastructures installées.

  • Acteurs impliqués 

– Les autorités locales (Commune d’Imesouane et Caïdat de Tamri), avec lesquelles une convention de partenariat a été signée
– Les auberges et surf camps locaux qui sont les principaux partenaires financiers de ce projet (notamment BoardXHouse qui a financé 50%)
– Les établissements scolaires et la Délégation de l’Education Nationale, qui ont ouvert leurs portes à l’association Surfrider Foundation Maroc
– L’association locale Amadl Imesouane et de nombreux bénévoles fidèles à nos actions
– La Mission Locale d’Insertion des Jeunes du Bassin du Thau et la ville de Frontignan (France) qui ont réalisé deux chantiers : un à distance, pour la création des visuels de communication du projet et l’autre sur place, pour la réalisation d’un documentaire Imesouane Zéro Déchet en cours de montage actuellement (financé en partie par l’Union Européenne).

Le séjour organisé du 18 septembre au 12 octobre a permis à 10 jeunes de France de se former aux métiers de la vidéo, de sortir de leurs difficultés quotidiennes (chômage, orientation, maladie…) et de découvrir les richesses d’Imesouane et du peuple marocain : une expérience humaine forte.
Ce projet a sollicité des moyens humains et matériels pertinents et innovants afin d’atteindre ses différents objectifs :

1. apporter une solution locale durable à la problématique des déchets pour ce village de pêcheur touristique qui vit essentiellement grâce à l’océan ;
2.augmenter le taux d’équipement de poubelles jusqu’à présent insuffisant ;
3.anticiper le développement d’Imesouane tout en conservant un cadre de vie agréable ;
4.préparer l’évolution des mentalités et des comportements citoyens pour un environnement sain et des paysages propres ;
5.Encourager une gestion locale des déchets au sein des petites villes et villages, qui pourrait être déployée sur d’autres espaces littoraux.

  • Projet récompensé: Trophée littoral durable

Le 7 Décembre 2014 s’est tenue à Skhirat la Cérémonie de remise des Prix Lalla Hasnaa, « Littoral Durable ». Cet événement s’inscrit dans la continuité des Trophées « Plages Propres », selon la volonté de la Fondation Mohammed VI pour l’Environnement de prendre en considération davantage de projets de développement durable ayant pour objet la protection du littoral.
A cette occasion, Surfrider Foundation Maroc a été récompensé par Son Altesse Royale La Princesse Lalla Hasnaa pour son projet « Imsouane Zéro déchet » dans la section « Partage et Cadre de Vie » ! Résultat d’un travail long et fastidieux, ce projet est l’un des points forts de l’année 2014.

Surfrider Foundation Maroc a été très impressionnée par la qualité des projets qui ont concouru, et est d’autant plus fier d’avoir remporté cette distinction. Nous espérons que cette récompense encouragera l’émergence d’autres projets et initiatives à travers le Maroc.