Problématique des déchets dans la région de Tamri

Dans le cadre de ses objectifs de protection et de mise en valeur du littoral, Surfrider Foundation Maroc a organisé samedi 28 janvier 2017 un grand nettoyage sur les plages d’Imi Ouaddar et Aghroud. L’organisation de cette initiative Océane s’est faite en réponse aux réclamations des habitants du village d’Aghroud qui se plaignent de la quantité énorme de déchets qui se trouvent sur les plages de la région de Tamri.

Pendant le projet « Imi Ouaddar zéro déchet » en 2014, cette problématique des déchets avait déjà été évoquée, la région de Tamri souffrant énormément des décharges sauvages… Les conséquences sont désastreuses puisque les déchets de tous les villages de la commune de Tamri déversés dans les oueds finissent dans l’Océan.

photoss

À ce jour, aucune solution n’avait été proposée pour lutter contre cette catastrophe. Pour résoudre le problème, la réalisation d’un centre intercommunal (Tamri, Aourir et Taghazout) de tri et de transfert est bien prévue dans le Plan directeur préfectoral de gestion des déchets ménagers et assimilés des préfectures d’Agadir Ida Outanane. Toutefois, cette solution n’est pour le moment qu’en phase d’étude. Pour éviter davantage de dégradation, Surfrider Foundation Maroc propose donc à la Wilaya d’Agadir de permettre à la commune de Tamri de décharger provisoirement à la grande décharge autorisée d’Agadir.

Lors de l’initiative Océane du 28 janvier, l’association Surfrider Foundation Maroc a choisi de se rassembler devant la coopérative des pêcheurs du village d’Imi Ouaddar. Cet endroit a été choisi symboliquement par l’association Surfrider Foundation Maroc au vu de l’activité principale de cette collectivité : la pêche.

La plupart des Gadiris préfèrent acheter des poissons dans ce marché, cependant il y reste beaucoup d’efforts à faire en terme de propreté des lieux (beaucoup de morceaux de fil et de filets de pêche se retrouvent sur la plage…). Les pêcheurs doivent prendre conscience que cela a aussi des conséquences sur la qualité des produits de la pêche. À cet occasion SFM lance un appel aux acteurs locaux et à l’office nationale de la pêche de contrôler davantage le point de débarquement du poisson d’Imi Ouaddar.

خخخ

L’initiative Océane s’est déroulée dans une bonne ambiance. Les participants étaient nombreux (élèves, familles, enfants, jeunes, associations…) pour soutenir l’action de nettoyage de la plage. Le mystérieux SUPER COP a créé la surprise en s’invitant en tenue de super man de l’environnement. Les regards de tout le monde se sont tournés vers ce personnage qui se bat depuis longtemps pour la préservation de la planète et qui soutient toutes les actions de préservation de l’environnement.

L’équipe de Surfrider Foundation Maroc a sensibilisé les participants sur les problématiques citées ci-dessous (les déchets aquatique et la problématique de décharges sauvages). Elle a également insisté sur l’importance de la prise de conscience des citoyens envers la préservation de l’environnement littoral. Parce que la pollution aquatique ne se termine jamais et que le nettoyage ne sera jamais une solution si les gens ne sont pas sensibilisés en amont.

Le nettoyage a duré deux heures et la quantité de déchets collectés est importante, environ deux tonnes !

Le bon déroulement de l’évènement a été possible grâce à la contribution de tous les participants qui étaient venus volontairement pour aider à la propreté de nos plages.

Un grand bravo et merci à tous !

Surfrider Foundation Maroc tient à remercier tous les bénévoles, le collège Albohtouri(professeurs & élèves), Mr Super Cop, l’association Aljiser, l’association Surf Aghroud, la commune rurale de Taghazout qui a mis son camion de collecte des déchets à notre disposition.

Merci à nos différents partenaires de nous avoir suivis sur ces manifestations.

« pensez à adopter des gestes simples qui préserveront notre littoral de la pollution qui tue petit à petit notre patrimoine marin »

Les ‘’Classes Bleues »: le programme de sensibilisation annuel de SFM

Le programme « Classes Bleues » est un projet que Surfrider Foundation Maroc (SFM) a initié depuis sa création en 2010. Ce programme permet à SFM d’intervenir dans des établissements scolaires privés et publics de la Région d’Agadir. Pour sensibiliser les élèves et consolider l’éducation à l’environnement dans les écoles.

Les classes Bleues sont organisées dans le cadre du partenariat établi avec la délégation de l’éducation nationale Agadir Ida Outanane. Cette dernière joue un rôle primordial dans le processus administratif, elle facilite notamment l’accès aux établissements scolaires pour Surfrider Foundation Maroc.

DSCF5743

Les classes bleues se présentent sous forme de mini-expositions dans les salles de cours, de diffusion de films pédagogiques, de débat participatifs, de jeux éducatifs, d’expériences scientifiques, d’ateliers Récup‘art. Cette année SFM intègre à nouveau les sorties pédagogiques dans des fermes ou dans les stations d’épuration d’eau.

Les thèmes de la pollution, des déchets, de l’eau, de la biodiversité, des énergies renouvelables et des changements climatiques ou encore la thématique Océan/Climat sont ainsi abordés sous un angle à la fois théorique, pratique et ludique. Chaque année des centaines d’élèves profitent des interventions réalisées par l’équipe pédagogique de SFM.

Cette année SFM intervient massivement auprès des écoles qui participent au concours du programme « éco-école », initié par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement. Il s’agit d’une démarche pédagogique et volontariste, qui encourage les élèves à jouer un rôle actif et à évaluer leur lieu de vie commun, dans le but de l’améliorer et remédier aux différents problèmes environnementaux qu’ils rencontrent et qui les touchent avant tout.

IMAG1778

Le programme « éco-écoles » doit suivre une méthodologie précise en sept étapes que tous les établissements scolaires peuvent adopter. Ce processus, basé sur les éléments d’un programme de Management Environnemental, comprend un grand nombre de parties prenantes mais ce sont les élèves qui ont le rôle le plus important.

Les écoles qui ont réussi à atteindre leurs objectifs et la consolidation de la sensibilisation à l’environnement auprès des écoliers se verront attribuer le label International : Le Pavillon Vert.

Surfrider Foundation Maroc, en partenariat avec la délégation de l’éducation, ont établi le programme des interventions du mois à venir.

              Emploi des séances de sensibilisation « Classes Bleues » du 14/02/2017 au 01/03/2017

Etablissement scolaires

Date

Quartiers

 Ecole Ibn Sina

14/02/2017

Les amicales

Ecole Al Amouaj

15/02/2017

Tamraght

Ecole Taddart Anza

16/02/2017

Taddart Anza

Ecole Hay Mohammadi

17/02/2017

Hay Mohammadi

Ecole Chaair Alhamra

20/02/2017

Al massira

Ibn Batota

21/02/2017

Amessernat

Ecole Almaghreb Alaarabi

22/02/2017

Al massira

Ecole Al moujahdine

23/02/2017

Dakhla

Ecole Anasser

24/02/2017

Elbatoir

Ecole Almassira

27/02/2017

El massira

Ecole Ibn hanbal

28/02/2017

Al quods

Ecole Al izdihar

01/03/2017

Salam

 Éduquer au respect de l’environnement, c’est contribuer à bâtir un avenir meilleur pour la planète. C’est aussi prouver que l’école est une force sociale importante.

La COP22 est terminée, restons engagés pour notre planète.

La société marocaine a connu l’année dernière un véritable changement sur les questions environnementales. L’année 2016 aura été l’occasion de s’informer et d’apprendre beaucoup sur les thèmes environnementaux (climat,océan, littoral, forêt, protection des ressources naturelles, pollution, loi d’interdiction du plastique, etc.).

Cette forte sensibilisation est le résultat de l’organisation par le Maroc de la COP22 qui s’est déroulée en novembre 2016 à Marrakech. Les médias de masse (les chaînes, les radios) et les réseaux sociaux ont joué un rôle très important dans le changement sociétal et comportemental des citoyens marocains. La sensibilisation s’est fait grâce aux campagnes de communication (vidéos, spots publicitaires) qui avaient pour but d’inciter les citoyens à protéger l’environnement et à adopter les bons éco-gestes.

 

Surfrider Foundation Maroc, qui travaille dans le domaine de la protection de l’environnement littoral et dans le développement durable depuis 6 ans, confirme ce bouleversement dans la prise de conscience écologique au Maroc. Elle a mesuré cela pendant l’Opération « Coca Cola J’aime ma plage 2016 ». En effet, lors de cette opération visant à sensibiliser les estivants et à nettoyer les côtes de la région d’Agadir, SFM a constaté que les estivants étaient de plus en plus conscients de l’importance de garder un leurs plages propres. Désormais, les poubelles installées sont utilisées et les usagers de la plage ramassent leurs déchets. Auparavant, ce comportement était rare et mal vu. La COP22 aura permis de rendre ces comportements habituels.

Malheureusement, la COP22 est terminée et le sujet de l’écologie n’est plus évoqué par les médias au Maroc. Est-ce possible de penser que les 33 millions de marocains ont tous été ciblés et sensibilisés en si peu de temps ?

Pourquoi le thème de l’environnement n’est-il pas davantage mis en avant par les médias marocains ?

Ne serait-il pas important de continuer les campagnes de sensibilisation auprès du public marocain afin que la nouvelle génération grandisse avec cette sensibilité environnementale ?

Les médias jouent un rôle très important dans la diffusion des messages de sensibilisation au quotidien. D’autant plus que le citoyen marocain est prêt à changer sa façon de vivre et à devenir un eco-citoyen. Toutefois, il faut l’y encourager et l’aider, c’est là le rôle des organisation environnementales : l’accompagner, l’informer et le former.

Tous ensemble, soyons solidaires pour préserver notre planète

        .

Initiative Océane Suisse

L’après-midi du 13 octobre une classe d’environs 25 élèves de Neuchâtel en Suisse ont organisé une Initiative Océane sur la plage d’Imourane. Ce groupe composé des jeunes de 16 à 18 ans en formation professionnelle était de passage au Maroc pour une semaine des vacances surf. Mais ils participent aussi à un concours interne de leur école pour lequel ils étaient appelés à réaliser un projet durable.

Rkia et Johannes de Surfrider Foundation Maroc les ont rencontrés devant le Rocher du Diable pour les accompagner dans cette Initiative. Après avoir présenté l’association et ses activités dans la région, les problèmes concernant les déchets dans les villages et sur le littoral ont été abordé. Venant de l’’un des pays des plus riches au monde où le système de collecte, tri et recyclage des déchets sont implanté depuis bien des années, les jeunes suisses ont été confronté à une réalité de terrain toute autre au Maroc. Bien qu’ils ont remarqué la présence de poubelles aux abords de la plage, elles étaient toutes pleines et débordées de déchets… D’où la réflexion du groupe autour de l’utilité de ramasser les déchets.

Initiative Océane

Les membres de Surfrider se sont donc chargé d’expliquer plus en détail la problématique de gestion des déchets dans les zones littorales. Ils ont également essayé d’expliquer les comportements de la population notamment des pêcheurs, les obstacles freinant la motivation des commerçants, des écoles de surf et des habitants du village de Tamraght à trouver des solutions concrètes. Les élèves ont compris que les principales raisons d’une telle pollution sont lié à un manque d’éducation à l’environnement (ignorance des impacts écologiques et sanitaires), à un manque de budget de la part des autorités locales et à un désintérêt des politiques (ignorance des impacts économiques et sociaux).

Une fois les gants et les sacs distribués aux élèves, leurs encadrants ont annoncé que l’équipe avec le sac le plus remplis serait récompensé. C’est donc pendant près de 40 minutes que les jeunes se sont mis au travail, motivés et plein d’énergieInitiative OcéaneA la fin du ramassage, les élèves se sont rendu compte qu’ils n’avaient pas prévu la collecte des sacs remplis. Après avoir discuté pendant quelques minutes et débattus pour trouver la solution la plus adaptée, deux élèves ont pris l’affaire en main en organisant la collecte des sacs au moyen d’un triporteur. Ainsi les sacs pleins ont été transporté jusqu’à l’auberge des jeunes, où une société passe régulièrement prendre les déchets puis les amènes à la décharge régionale d’Agadir.

Grâce à cette expérience, les jeunes ont appris qu’il ne suffit pas seulement de ramasser des déchets pour faire une bonne action. Le problème de pollution des côtes est bien plus complexe qu’il n’y parait… C’est exactement l’intérêt des Initiatives Océanes, qui rappelons le ne sont pas des « nettoyages de plage » mais plutôt des événements ponctuels de prise de conscience citoyenne, qui encourage la réflexion et la recherche de solutions.

Initiative Océane

Rkia et Johannes ont eu l’impression que cette expérience a pu montrer aux visiteurs suisses les véritables problématiques environnementales auxquelles la société marocaine est confrontée. Nous espérons que cette expérience leur aura permis d’acquérir un regard diffèrent sur les problèmes écologiques liés aux problèmes socio-économique des pays en développement.

J’aime ma plage 2016 – Opération estivale pour des plages propres!

Surfrider Foundation Maroc et ses partenaires ont clôturé la 5ème édition de l’opération estivale « Coca-Cola J’aime ma plage ». L’opération qui s’est déroulée du 09 juillet au 04 septembre sur dix plages( Aourir, Imouran, Taghazout, Madraba, Km 25, Km 26, Imi Ouaddar, Aghroud 1,Aghroud 2 et Imssouane) a connu un grand succès cette année.

L’objectif de cette année fut double : le premier était de lutter concrètement contre la pollution du littoral et la deuxième était de sensibiliser les estivants sur la thématique Océan Climat.

J'aime ma plage

Avant de commencer l’opération estivale, des réunions et des préparations se sont organisées dans l’objectif d’éviter les obstacles rencontrés sur le terrain.

Formation au profit des responsables de plages

La formation animée par l’équipe de SFM était riche et diversifiée, le but  était de donner un maximum d’informations pertinentes sur différents sujets liés à l’environnement (littoral, cycle d’eau, pollution, changement climatique, tri sélectif & recyclage, éco-gestes, énergies renouvelables, comment sensibiliser…) pour que ces jeunes responsables des plages puissent sensibiliser au mieux le grand public, afin d’ouvrir la discussion avec les estivants et les convaincre de l’importance du rôle de chacun dans la protection de l’environnement.

J'aime ma plage

Poubelles/ Panneaux d’information

 Pour la cinquième édition de l’opération « Coca-Cola J’aime ma plage » plus que 150 poubelles ont été déployées et une dizaine de panneaux d’informations ont été installés sur les plages. Ils ont été réparti selon l’étendue de la plage et la fréquentation des estivants.

J'aime ma plage

Public Sensibilisé/ Déchets Collectés

Au total, plus de 46 responsables des plages ont travaillé sur les plages à travers ce projet. Grâce à cette équipe de responsables de plages motivés et formés, Surfrider Foundation Maroc a ainsi pu sensibiliser les estivants aux questions écologiques via la mise en place d’instruments pédagogiques, de jeux pour enfants  et de rencontres.Le nombre de personnes sensibilisées durant toute la durée du projet a été quantifié sur chaque plage par les responsables. Il atteint près de 70 716 estivants (soit plus du double de l’année passée : 28 670 en 2014) et 7 172 enfants qui ont pris pas aux jeux ludiques animés quotidiennement par les responsables de plage.

J'aime ma plage

Plages NB Responsables Plages NB Adultes Sensibilisés NB Enfants Sensibilisés Nbre Sacs déchets
Aourir 5 5219 1161 793
Imouran 10 9691 555 1911
Taghazout 5 15473 1244 2555
Madraba 2 4799 725 613
Km 25 7 6986 612 1790
Km 26 2 3616 363 783
Imi Ouaddar 6 8315 1140 1977
Aghroud 1 3 5491 993 852
Aghroud 2 3 7097 281 1028
Imssouane 3 3929 98 655
TOTAL 46 70 616 7 172 12 957

Statistiques SFM 2016

J'aime ma plage

Alors que le nombre de personnes sensibilisés a augementé, la quantité de déchets collectés est restée la même. Cette année près de 12 957 sacs d’ordures diverses ont été ramassé, soit pratiquement le même chiffre que l’année dernière. SFM s’intéresse à cette statistique étonnante, vu la hausse de fréquentation des plages. Plusieurs pistes sont évoquées pour expliquer ce résultat et notamment celle d’un changement sociétal et comportemental observé sur le terrain… Une lueur d’espoir !

Suivi du projet 

L’équipe Surfrider Foundation Maroc a effectué le suivi de l’opération tout au long de la période : 58 tournées de contrôle ont été effectuées pour un total de 7 500 kilomètres parcourus. Ces tournées quotidiennes avaient pour but de contrôler la qualité du travail des responsables de plage, de les accompagner dans leur sensibilisation afin qu’ils développent leurs discours, de distribuer les sacs nécessaires à la collecte, de repérer les points noirs, de les encourager à leur (lourde) tâche de nettoyage, de récolter régulièrement leurs statistiques et bien sûr de les aider face aux nombreux problèmes qu’ils ont eu l’occasion de rencontrer.

J'aime ma plage

 L’opération Coca Cola J’aime ma plage 2016 a réussi à améliorer les points faibles des années précédents (logistiques, insuffisances de jeunes RP…), au cela grâce aux efforts des partenaires spécialement Coca Cola & SGBS et l’énorme budget consacré au projet.

Surfrider Foundation Maroc tient à remercier les porteurs du projet Coca Cola et SGBS ainsi que Magval, Souss Hygiène, les communes de Taghazout, Tamri, Imssouane et toute personne impliquée dans cette opération.

J'aime ma plage

Enfin un merci tout particulier à tous les responsables de plages :)
Bravo pour leur implication et pour avoir gardé nos plages propres!